•  


    Nous sommes presque arrivés au terme de  2015,
    et je n'ai vraiment pas envie de parler de bilan,
    les années passent et ne s'améliorent pas,
    En regardant autour de moi, la joie n'y est pas.


    Je ne parle pas de moi,
    Je parle de notre planète,
    Pour moi,  c'est presque la fin,
    Je suis encore bien là mais en observatrice,
    Je regarde ce monde que je pense va à la dérive,
    de ce climat dont on nous fait un tableau plus que noir,
    sans parler de ces guerres
    dont je ne sais pas trop encore une fois à quoi elles vont servir,
    si ce n'est de nouveau à remplir les poches de certains,
    et à faire souffrir bon nombres d'innocents .

    Comment faire alors pour arriver à se sentir bien,
    quand tout s'agite autour de nous.
    Certains se réfugie dans la prière,
    d'autres  essaient de continuer comme si rien ne se passait,



    Moi, j'avance sereinement presque zen,
    car vivre en harmonie avec soi aujourd'hui,
    relève presque du défit
    il faut un détachement profond de ce qui est négatif,
    et sans cesse ne retenir que du positif.
    C'est possible mais c'est un autre combat,
    celui de la vie, de l'amour, du détachement .

    Bon début du mois de décembre à vous tous .
    Votre amie depuis 10 ans,
    mais qui n'oublie aucune et aucun de vous.




     

     



     


    4 commentaires
  • Les Amish



    En suivant une émission sur la vie des Amish d'aujourd'hui,
    en voyant ces enfants chanter, souriants, travailler,
    respectueux de leur communauté,
    Je ne peux que penser
    et me demander si ce n'est pas moi qui suis passée à côté.

    Les Amish


    Se contentant de presque rien,
    simplement du labeur quotidien,  
    pas de superficiel, juste du nécessaire, 
    ils ont trouvé entre eux la sérénité
    le bonheur, le partage.

    Les Amish


    Une autre façon de vivre,
    refusant d'accepter la modernité,
    que nous, nous aurions difficile de nous passer.
    En quelque sorte,
    nous sommes devenus nos propres esclaves
    en essayant de ne pas rester à la traine,
    en essayant d'être dans la normalité.

    Les Amish



    Nous passons une bonne partie de notre vie
    à vouloir l'améliorer,
    travailler dur puis dépenser,
    acheter sa maison, sa voiture,
    acheter des vacances
    s'obliger à rentrer dans des normes.

    Les Amish


    Mais s'arrêter,
    lever les yeux et respirer,
    y pense t'on vraiment?
    et pourtant c'est dans ces moments là
    que l'on ressent le vrai bonheur.

    C'est une réflexion que je me suis posée
    et que j'ai eu envie de partager.

    Les Amish









     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires